Choix de la parcelle.

Assurez-vous que la fertilité et la vitalité du sol sont suffisantes pour implanter des arbres. Les coteaux sud, sud-est et éventuellement sud-ouest sont excellents pour tous et indispensables pour les abricotiers, amandiers et pêchers. Pour un bon ensoleillement, orienter les lignes le plus possible nord-sud, mais adapter à la conformation du terrain, notamment en suivant les courbes de niveau.

À éviter:

  • Les fonds de vallées très encaissés où l'air froid ne peut s'écouler (exception éventuelle pour des pommiers et des poiriers à floraison tardive et en forme haute: moins de danger pour les gelées printanières) et les parcelles où l'eau stagne durant l'hiver.
  • La proximité des chênes et des noyers : ils semblent produire une hormone anti-croissance pour beaucoup de plantes.
  • Les parcelles trop éloignées du lieu d'habitation (surveillance fréquente requise). Attention aux animaux qui peuvent occasionner des dégâts importants: chèvres, brebis, vaches, chevaux, cerfs, lièvres,...Dans les zones sensibles, il est recommandé de clôturer le terrain avant la plantation.

La plantation

C'est de début novembre jusqu'à la fin mars que se situe l'époque de plantation (jusqu'à fin janvier pour les amandiers et noisetiers, fin février pour les abricotiers et pêchers, avril pour les variétés tardives de pommiers). Mais la meilleure période se situe globalement entre fin novembre et fin janvier.

Il est préférable de préparer les trous à l'avance, 40 à 50 cm en tous sens. Lors de la plantation, il est bon de praliner les racines (2 parts d'argile pour une part de bouse de vache), de bien les disposer de façon à ce qu'elles ne soient pas repliées, puis de les recouvrir de terre fine. Vous pouvez ajouter du compost sur la terre après avoir rebouché le trou, en l'incorporant légèrement sur la partie supérieure. Attention: ne jamais mettre de fumier frais dans un trou de plantation! Veiller à ce que le point de greffe reste bien au-dessus du sol après arrosage.

Les distances de plantation

On compte en moyenne 5 à 6 m sur la ligne, et 6 à 7 m entre les lignes, mais ces distances peuvent varier beaucoup selon la variété, le porte-greffe utilisé, la fertilité du sol, la conduite de l'arbre et la région.

Voici un tableau pour vous donner une idée, à considérer avec souplesse !!

Espèces Porte-greffes sur la ligne en m entre les lignes en m
pommier Franc 5,5 à 9 6 à 9
pommier M106 4 à 5 4,5 à 5,5
poirier Franc 5 à 6 6 à 7
poirier Cognassier 3 4 à 4,5
prunier Myrobolan 5 6
cerisier Sainte Lucie 5,5 à 6 6 à 6,5
cerisier Merisier 7 à 8 8 à 10
abricotier Franc 6 7
abricotier Myrobolan 5 6
pêcher Franc/Amandier 4 à 4,5 5
noisetier - 2,5 à 4 4

La formation de l'arbre.

Les années de formation sont des étapes très importantes de la vie de l'arbre. Durant toute la période de jeunesse, nous préconisons la taille en vert. Elle s'utilise du départ de la végétation jusqu'en juillet, et elle consiste en interventions minimes mais fréquentes sur les pousses herbacées: ébourgeonnement et pincement s'effectuant environ 1 fois par mois en supprimant ou en diminuant les pousses indésirables quand elles ont de 10 à 30 cm de long. Il est très important de ne pas dénuder le jeune tronc en dessous des charpentières. Une petite végétation (maintenue courte) autour du tronc lui permet de bien grossir. La bonne formule de la taille en vert peut s'énoncer ainsi: "tailler souvent pour tailler peu".

Le choix de la forme (formes libres).

En fonction des espèces et selon votre goût, vous avez le choix entre:

  • une forme avec un axe central;
  • un gobelet avec 3 ou 4 branches (de préférence différée, c-à-d que les branches ne partent pas toutes du même niveau).

Intervention à la plantation.

Lorsque l'arbre est planté, vous commencez la formation.

Pour obtenir une forme avec un axe central, rabattre (couper) le scion (la tige) environ au niveau de la hauteur à laquelle vous souhaitez le départ de la 1ère charpente (ou même plus bas). Ensuite, enlevez avec l'ongle les yeux (bourgeons) sur les 10 cm du haut. Cette portion de bois servira de tuteur pour palisser une pousse qui constituera le futur axe. Pour faire une haute tige, utilisez aussi ce procédé.

     
à la plantation au printemps hiver ou printemps suivant
  • Pour le figuier et le noyer, ne pas rabattre la tige, ni à la plantation, ni après.
  • Pour le pêcher, après avoir rabattu la tige, on taille également les rameaux anticipés (branches latérales du scion) après le 1er ou le 2ème œil vivant, car les pêchers n'ont pas d'yeux latents sur la tige pour repercer.
  • Dans le cas de petits scions et même moyens, bien racinés, ne pas rabattre la tige mais conserver le bourgeon terminal.